vendredi 1 avril 2016

MOURNING BELOVETH - RUST & BONE 2016




3 ans après Formless qui culminait à des sommets de noirceur, le quatuor irlandais Mourning Beloveth est revenu en Janvier dernier avec ce que l'on peut qualifier de mini album comptant 3 titres pavés dont le titre d'ouverture avoisine les 17 min!
On retrouve avec le monumental Godether leur doom/death melodico-celtique ,le chant supplicié et clair de Frank Brennan suivi par une ligne mélodique de plus en plus plombée et sans lumière rejointe par les growls caverneux de Darren Moore. Alors qu'on sent la puissance épique grandir vers les 12' un brutal orage nous saisit à la gorge : accélération du tempo digne du meilleur black Metal à la Enslaved, cris d'agonie éraillés et surprend la fan que je suis depuis 2006. Déstabilisant et bienvenu effet de surprise qui prouve encore que ce groupe sait mêler ses influences et sortir de ses habitudes.
Tout comme Bone, Rust est un mini instrumental acoustique assez épique transition bienvenue d'une minute et des poussières ( de rouille ou d'os?).
The Mantle Tomb, titre aussi surprenant et digne de leurs compatriotes Primordial niveau assaut "pagan metal" de riffs vengeurs et rythmique épique.
Le titre de clôture A Terrible Beauty is Born est inhabituellement acoustique pour ce groupe et basé sur une rythmique assez répétitive : plutôt sobre comme la plus perturbante des beautés. Les duos vont trop dans les aigus et ça devient presque agaçant vers la fin. On aurait aimé retrouver la puissance du début.

Mourning Beloveth signe là un très bon opus, mature et digne de leur talent de maîtres incontestés du doom death mélodique irlandais. Mon seul regret est le peu de titres car je reste sur ma faim et l'album perd progressivement de la puissance. Tout de même, rien que pour ce passage black brutal et le chamboulement qui en découle, je ne regrette pas mon achat du digipack chez Ván Records