lundi 8 avril 2013

MOURNING BELOVETH






Les irlandais de Mourning beloveth jouent depuis les années 90 un doom death mélodique profondément impregné d'accents celtiques, lourd et déchirant! L'accablement procuré par la voix growlée de Darren Moore ne laisse que peu de répit à part quand le chant clair et vibrant de Frank Brennan nous redresse la tête temporairement... Les riffs sont plombés mais toujours mélodiques, tantot rageurs tantot presque folks celtiques mais la noirceur est toujours présente.


Debut (demo, 1996)

Autumnal Fires (demo, 1998)

Dust (2001)

The Sullen Sulcus (2002)

Dust (re-issue, 2002)

Split with Lunar Gate (2003)

A Murderous Circus (2005)

A Disease for the Ages (2008)

The Weeping Song Split 10" with Wreck of the Hesperus (2010)
Formless (2013)


 Un des groupes incontournables pour moi : Dust et The Sullen Sulcus ont cette empreinte forte irlandaise et l'alternance voix claire et growls des 2 chanteurs est un pur délice! mention coup de coeur à Mountains are Mine et It almost looked human!


 Un virage plus "brutal" mais toujours mélodique apparait avec "A murderous circus" où la voix claire est moins présente, les riffs sont plus monolithiques moins celtiques écoutez The Crashing wave ou ma préférée Yet everything et son final endiablé...Tendance confirmée dans "A disease for the ages" plus implacable et torturé encore! désespoir et grognements de douleur, effets de la maladie qui ronge le corps et l'esprit!

 écoutez The Sickness.

Récemment, ils ont repris un titre de Nick Cave sur le split de 2009 "Wreck of the Hesperus / Mourning Beloveth"

PLAYLIST

Sorti récemment en 2013, voici le très attendu Formless en streaming ICI ... Sickness était déjà très sombre, Formless ne fait qu'aggraver l'ambiance même si les passages plus légers et mélodiques sont toujours la "marque" du groupe. Toujours ces duos de voix claire et caverneuse et brutale... le chant est d'une émouvante sincerité notamment "Transmissions" ! Les percussions et le chant dans "Old rope" me fait furieusement penser à un titre de Celtic frost dans Monotheist Progeny bien que plus lent que ce dernier...

Un grand retour des maitres du Doom/death irlandais.