dimanche 7 juin 2015

SECRETS OF THE SKY : PATHWAY





http://www.facebook.com/secretsofthesky
http://www.metalblade.com/secretsofthesky/

Les prog/doom-death metalleux californiens d'Oakland Secrets of the sky après un premier opus To Sail Black Waters en 2013 plus que remarqué et acclamé par Decibel Magazine et la blogosphère décidèrent de partir de nombreux mois en 2013/14 en tournée avec Ghost,Neurosis, Sunn O))), Pelican, Goatsnake entre autres, et de reprendre la composition d'un nouvel album Pathway sorti récemment en Mai 2015.

 PATHWAY SUR SPOTIFY

Tracklist :
1. I
2. Three Swords
3. II
4. Angel in Vines
5. Another Light
6. III
7. IV
8. Garden Of Prayers
9. V
10. Fosforos
11. VI
12. Eternal Wolves
13. VII

Apprêtez vous à rentrer dans un univers riche en émotions violentes, du calme à la mélancolie, la rage.... Le metal de SotS est multiple, un maelstrom épique de passages atmosphériques avec de nombreux interludes (chiffres romains) très courts et résonnant de ressacs, tonnerre, bruits de pas, plaintes angoissantes, croassements de corbeau etc, de plages progressives qu'Opeth ou Agalloch ne renieraient pas, de Doom death à la Morgion, My dying bride et influencé par Neurosis, Isis ou encore Atlas Moth, et des moments forts flirtant avec le black metal (Fosforos). La mélodie reste toujours présente malgré les passages alambiqués et variés qui frolent la folie et la colère.
Les vocaux de Garett Gazay varient du clair au death profond en passant par du blackisant agressif dans un même titre. 

*Sa voix peut être douce et suave comme sur l'ouverture du très prog death Three Swords puis gronder entre death et black! des arpèges subtils nous font revenir au calme après la tempête et le cycle reprend! 8 minutes qui annoncent la bivalence de la suite. Les trois épées bataillent ferme!
* Angel in vines commence comme du My Dying bride vire au Agalloch et touche au plus profond du mal-être, voix éthérée angélique entre deux orages...
* Another light pur joyau de douceur qui incite à lâcher prise ("i don't care anymore")

* Garden of prayers torture émotionnelle, on retourne à un doom death ravageur que ne calment pas des prières susurrées timidement.
* Fosforos le titre le plus surprenant où après 2 min de folie Black, on retombe sur un tempo doom qui résonne des cris infernaux des limbes (?) pour se clore par une douce mélodie à la guitare claire...

* Eternal wolves renvoie dans sa structure au titre d'ouverture pour finir en douceur.


Un album qui n'est pas facile d'accès et progresse vers plus d'intensité et de complexité. Plusieurs écoutes permettront d'en saisir la substance et de se laisser envahir par le flot de sentiments qui surgiront inévitablement!
PATHWAY est à mes oreilles une réussite en tous points, un réel album concept qui nous guide entre plusieurs phases de progression vers un but inévitable: le passage après balade sur le chemin de la vie! Doit-on ouvrir la porte de cette masure sur la pochette où nous attend un pentacle sur le perron?
4,5/5

vendredi 16 janvier 2015

La Compilation de COLD DARK MATTERS RECORDS : Prima Giedi



Voici une double compilation sortie fin 2014, dédiée à la scène française de Metal underground du Label COLD DARK MATTER RECORDS : Prima Giedi, nom d'une étoile double de la constellation du Capricorne. On reste dans l'astronomie avec les noms des deux CD : Deimos, satellite de Mars et Phobos, dieu grec de l'horreur et lune de Mars (tout un programme)

DEIMOS

ça commence très fort avec « Contaminated area New Era » d'ART 238, groupe français d'industriel Death Metal : après une intro plutôt calme, ça claque avec des breaks puissants, des accélérations et une voix death bien maitrisée et imposante...à mi chemin entre du SepticFlesh, Deicide et du Fear Factory pour le coté militaire marteleur ! Un bon morceau pour se mettre en condition.

Les métalleux "rétro-futuristes" bordelais de Bagarre Générale et l'instrumental « Afrocalypse » amènent une ambiance inquiétante à la fois jazzy avec ses cuivres en intro et ambient /drone.Des voix d'âmes torturées se meurent sur un vrombissement de basses...les trompettes de l'enfer apocalyptique résonnent sur la même mélodie lancinante digne d'une BO de film d'horreur...

On plonge ensuite dans le lancinant et l'envoutant répétitif titre d'HAXO « Schwarzschild Wormholes « , du bon gros instrumental stoner psychédélique ronflant et planant qui nous offre un joli solo de guitare claire en final.

S'ensuit HENDIADYS et son VI qui nous invite à un long voyage spatial electro-dark planant de 9' un brin répétitif mais bien agréable un peu façon OST de Moon.

Les lillois de In the final analysis nous font atterrir avec un sludge/post hardcore plutot classique qui crée un malaise par l'ambiance et la voix écorchée et éraillée...pas mon titre préféré.

Et paf, surprise ! Voilà JESSICA93 qui surgit avec sa Darkwave à la Killing Joke des années 80 ! ça me rajeunit, tiens !! Un très bon morceau à la rythmique envoutante et au chant aérien désespéré mais quelque peu en décalage avec le titre précédent, dommage...
Verdict à ce stade : cette compilation me fait passer par des hauts et des bas sans transition entre les styles...autant prévenir !:)

KILL THE THRILL et son titre indus/noisy Indefinite Direction (version live), est froid, dissonant et la voix rageuse et désespérée sur des arrangements discordants me rend vraiment mal à l'aise...moyennement convaincue.

TREHA SEKTORI Berhn Enh Seh est un instrumental glacial et inquiétant, empli de percussions imposantes presque cardiaques qui font écho dans une atmosphère vertigineuse...les nappes de synthés éthérées rajoutent au désespoir, à cette impression d'être hanté, possédé.
Un titre final parfait !

PHOBOS

Ouverture avec l'excellent "the accursed rebirth", du gros Death Metal mid tempo de ABJVRATION bien rythmé et groovy (chouette riff mémorisable!). Le chant puissant s'harmonise parfaitement avec les riffs monstres qui ne laissent pas de répit. Une break d'accélération pachydermique n'est pas pour déplaire au 3/4 du morceau ! À suivre avec leur premier opus bientôt !

BITCHO a la particularité de jouer un drone/doom avec 3 basses en même temps ! Le résultat est énorme ! Le riff monolithique et vrombissant écrase tout mais la répétition en boucle peut devenir lassante ; le sifflement en fond nous faire croire à un soudain acouphène pénible; la voix avec écho semble issue d'une torture, d'une supplication agonisante. Les effets electros (électrocardiogramme en alerte?) amplifient la gène ressentie...Un morceau qui aurait mérité d'être moins long car la lassitude guette au bout de presque 13min.

Le black Metal/Dark Indus des angevins REVERENCE offre des passages mid tempo et indus excellents gardant toujours suffisamment de mélodies agrémentées de chants rituels blacks assez inquiétants...une bonne découverte! On attend leur prochain 5ème album avec intérêt!

Le dernier morceau de V.I.O.L,projet solo du batteur Ivo de Stuntman et Plebeian Grandstand et non des moindres par sa durée de presque 30 min m'est globalement indigeste : pas que je n'ai apprécié leur musique drone tendance indus extrême mais ces vocaux démoniaques sont vraiment trop extrêmes pour moi et sur une telle longueur c'est vraiment une épreuve. De plus, la répétition inlassable du riff me pousse à l'abandon de l'écoute. Pour public plus qu'averti.

Globalement, cette compilation éclectique est une bonne surprise en découvertes et offre une bonne variété de styles pour tous les gouts, même si l'ordre défini est assez surprenant! La première fois, j'ai cru avoir changé d'album pour JESSICA93 alors que j'écoutais sans voir mon lecteur !
De plus, le déséquilibre dans le 2nd CD avec le (trop?)long morceau de V.I.O.L dessert un peu l'ensemble mais difficile de le placer ailleurs :).

7/10

vendredi 12 décembre 2014

Mon Top 5 des Albums Metal 2014

L'année 2014 s'achève déjà et de nombreux opus m'ont filé de belles claques musicales. Quand j'en arrive à écouter en boucle tout un album au risque de me filer des airs persistants en mémoire, je ne peux qu'en vouloir à moi-même et aux (trop) immenses talents!
Voici ma sélection d'opus au streaming intégral (achetez et supportez les groupes si vous aimez!)
Une longue attente de 12 ans entre 2 albums studios ce fut éprouvant mais Empyrium nous revient avec un album plus intimiste et progressif loin du BM des débuts. A la frontière de l'atmosphère d'un Dead Can Dance..



Un supergroupe réunissant le meilleur de la scène death/doom et funeral doom (Pantheist, Hamferd, Eye of solitude, Shape of despair...) pour ce magnifique album tout en émotions et desespoir



Les islandais deviennent meilleurs avec le temps et leur post-Metal atmosphérique a fait des ravages dans mon esprit!



Les anciens de Celtic Frost continuent à sublimer leur Gothic Doom pour notre plus grand plaisir...



  • Pallbearer
Découverte récente, fer de lance du Doom metal trad moderne!




    J'ai volontairement restreint ma liste à 5 car il faut faire des choix ;)


    mercredi 26 novembre 2014

    BARABBAS - MESSE POUR UN CHIEN (2014)


    Bandcamp
    Facebook
    Twitter

    2011 : Libérez Barabbas!(EP)
    2014 : Messe pour un chien

    France
    Doom Metal


    Barabbas est un des rares, sinon le seul groupe français de la région parisienne, à propager la sainte parole Doom en français uniquement ! Je les avais déjà remarqué en février dernier via leur Bandcamp avec leur premier EP « Libérez Barabbas » sorti en 2011 et ma tête avait subi comme un éboulement sonore du Golgotha sur mes tympans de pècheresse métallique.
    Barabbas le brigand libéré de la croix par Pilate a fondé sa propre Église du saint riff rédempteur où résonnent le chant incantatoire et rocailleux de Saint Rodolphe porté par les riffs plombés et obscurs de Saint Stéphane, la basse vrombissante de Saint Jérome et le martelement de Saint Jean-Christophe selon les commandements de la Trinité "Black Sabbath, Saint Vitus et Cathedral".
    Aucun doute sur la rage de ce Barabbas qui transpirait déjà l'énergie de sa colère sur fond d'histoires bibliques réinterprétées à travers un Doom Metal sans concession, pesant et prenant à la gorge ses futurs adeptes à coup de masse.Et comme pour mieux nous convaincre, les filous usaient de mélodies et de grooves stoner à se pêter les cervicales...Du pur endoctrinement !!

    En posant « Messe pour un chien » la nouvelle galette de « marbre » dans ma platine, je me préparais aux acouphènes et à ressortir ma minerve...
    Et bien, pas que ! Globalement, Barabbas a mûri dans son écriture et les compositions se veulent moins « droit dans ta face » mais plus riches et travaillées ! On sent que le groupe a beaucoup profité de ses tournées et que la Parole est devenue plus complexe...
    La Messe commence par une ambiance éthérée, atmosphérique (quelques claviers discrets) où la voix sourde et parlée monocorde sur « La malédiction de sainte Sélène » avec son intro répétitive et hypnotique, ponctuée de son du glas fait craindre une menace imminente sur fond d'interrogations..
    « Le couteau ou l'abime » progresse dans un état de doute et d'auto-destruction. Saint Rodolphe laisse sa voix rocailleuse pour un moment avant de se faire tentateur et de déclamer sur fond de chœurs faussement angéliques tandis que la guitare part dans des soli démoniaques. Redoutablement efficace ! et la suite devient encore plus énergique, heavy et groovy ! On retrouve un mix entre le Cathédral de "The Ethereal mirror" et du High on fire.
    « Le mâle Omega » ravage tout sur son passage avec son rythme endiablé presque punk et la voix de Rodolphe me rappelle Bernie Bonvoisin.
    Avec le très sabbathien « Judas est une femme », on a, là, le titre phare le plus efficace, à la mélodie la plus persistante en mémoire ( Saint Earworm je suis maudite!) et combien convaincante! Que les « chiennes de garde » ne viennent pas ici montrer leurs crocs, cette « Messe pour un chien » ne fait que dire ce que certains pensent tout bas.
    Car comme pour le très « headbangingsant » « La beauté du Diable » qui fait référence au Petit Chaperon rouge ( original!), le thème conducteur est finalement le tourment de la Tentation, le Manichéisme de la vie, la douleur des relations humaines pour risquer de finir comme un chien délaissé.
    Coté texte, je salue le talent d'écriture qui passe très bien et fait sens (pas besoin d'anglais finalement!).
    « Priez » et « Le Sabbath dans la cathédrale » m'ont un peu moins enthousiasmée même si l'ombre du Père fondateur Black Sabbath plane avec évidence et laisse parler l'Animal dans un lieu consacré. Et toujours ces soli d'Enfer !!
    La Messe est dite dans le titre éponyme tout en douceur comme pour faire écho au début.
    Après avoir longuement cherché, j'ai fini par trouver la similarité de ce riff répétitif à la reverb' particulière tout le long du morceau avec Dolorian – Voiwards un grand classique du Doom Black ! Que du bon!
    Conclusion mélancolique, chant clair et recueillement pour finir crescendo par exactement le même riff d'intro d'album ! La boucle est bouclée !
    Seul petit bémol, l'absence des Saintes Paroles dans le livret d'un digipack par ailleurs au superbe artwork.
    Pour un groupe qui s'auto-produit, je trouve qu'un label devrait s’intéresser à eux vu leur talent car Barabbas, assurément, enfonce au marteau de Vulcain, le clou de notre crucifixion émotionnelle et auditive avec ce second opus.
    4/5





    Doomyflo/ Florence BESSON

    lundi 1 septembre 2014

    SNAILKING


    Snailking, groupe suédois de sludge/doom découvert via Sludgelord offre une musique plombée, groovy et surtout psychédelique... les compos sont excellentes; le chant juste assez rocailleux se marie bien avec le trip planant et pesant (paradoxal mais réel ;)  )
    A rapprocher de YOB, Sleep,Ufomammut et Pelican.

    2014 : Second Nouvel album STORM en CD/Vynil pour le 15 septembre prochain après une prometteuse démo Samsara en 2012 et déjà en écoute sur leur Bandcamp !


    dimanche 31 août 2014

    SUBROSA





    Ce groupe de Salt Lake city s'est fait remarqué en automne dernier avec cet album sensationnel pressenti album de l'année 2013...
    Pas vraiment fan des voix féminines dans le Doom en général, je leur redonne une chance ces jours-ci et je dois dire que leur sludge/doom expérimental avec 2 violons électriques et duo de voix féminine et masculine envoutantes me convainc enfin! Leur musique me rappelle Neurosis et parfois My Dying Bride (violons).
    L'ensemble est prenant, mélodique, gras, lent, sludgy et surtout chargé d'atmosphères oppressantes.
    Je regrette de n'avoir pas persisté plus tôt dans la découverte... et je vous engage à faire de même :)

    Bandcamp
    Facebook
    ProfoundLoreRecords

    mardi 22 juillet 2014

    EMPYRIUM




    Empyrium est un groupe allemand de dark neofolk metal incluant des éléments black (riffs et vocaux), doom et atmosphériques , formé par Ulf T. Schwadorf et Andreas Bach en 1994. Les thèmes abordés sont relatifs à la Nature, les états d'âme sombres, le désespoir... Les chants sont pour la plupart en anglais sauf sur Weiland uniquement en allemand avec un coté grandiloquant et théatral ( voir "Waldpoësie") ou encore parlé et angoissé. La plupart des albums sont tous recommandables pour peu qu'on sache s'impregner d'ambiances neofolks glaciales et dramatiques... Les albums avant Weiland sont plus orientés vers le Black metal et le doom/dark avec certains passages acoustiques très touchants. Weiland est leur concept album dédié à la forêt et à la Nature sauvage : entierement acoustique et champêtre. On pourrait se croire invité à une fête païenne... Je possède Weiland et Retrospective : un très bon début pour connaitre ce groupe marquant! Mais le mieux est d'écouter les titres selectionnés ci-dessous ^ ^

     

    Voici enfin (12 ans quand même!) le tout nouveau album "The Turn of the tides" tant attendu et sorti en juillet 2014.
    Il reste dans la continuité de Weiland, très neofolk et ambient avec un virage parfois plus rock prog mélancholique. Bien moins électrique, davantage acoustique et le coté black metal a disparu...
    Achat fortement recommandé! Les atmosphères sont ciselées et les mélodies envoutantes...
    à vous de juger après écoute!



    vendredi 11 juillet 2014

    OFFICIUM TRISTE





    Site officiel
    Myspace

    Groupe hollandais de doom death mélodique assez proche de My dying bride...
    Coups de coeur pour le titre Downfall et les albums Giving yourself away et Reason
    Mélancolique, dépressif et introspectif ! Le chagrin à l'état pur...


    TOP TRACKS 

    Un split avec Ophis vient de sortir nommé 'Immersed' chez Memento Mori

    De plus, le groupe a ouvert un Bandcamp où tous ces albums sont présents!


    mercredi 2 juillet 2014

    MAJOR KONG

    Il y a des hasards sur le web qui nous mènent à de grandes découvertes!
    C'est le cas de cette image utilisée par un contact métalleux polonais Krol, puis la lecture au détour d'un surf de cette chronique pour que je découvre ce groupe polonais de doom traditionnel instrumental MAJOR KONG qui joue avec talent ses riffs et compositions sabbathiennes... il y a dans cet Orogenesis tous les ingrédients pour plaire à tous doomeux y compris un coté psyché et groovy bien maitrisé! j'adore déjà <3

    Leur premier EP Orogenesis (avril 2011) est écoutable sur leur bandcamp





    Sortie en mars 2012 d'un album en streaming sur leur Bandcamp Doom for the Black Sun

    On y retrouve les excellents The swamp altar et Witches on my Land du premier EP...
    Toujours plus psychédélique et groovy, avec cet album, Major Kong confirme son réel talent dans ce style...
    Pour amateurs d'ambiances planantes stoner et sludgy, pour fans de Sleep, Kyuss, Electric wizard, Karma to burn...
    Vivement qu'ils soient signés par un Label!


    Chronique de Doom for the Black Sun

    Janvier 2014 sortie de Doom Machine

    jeudi 29 mai 2014

    CLOUDS




    Clouds rassemble ce qui se fait de mieux en terme de funeral Doom atmosphérique -à savoir des membres de Eye Of Solitude, Shape of Despair, Hamferð, Pantheist & Officium Triste - avec cet album Doliu sorti ce 26 mai 2014.
    Un super groupe donc de Doom extreme avec à la guitare Jarno Salomaa de Shape of Despair, au chant Jon de Hamferd et Pim Blankenstein de Officium Triste et Kostas Panagiotou de Pantheist aux claviers.

     Les sentiments mélancolique et dépressif sont bien là, sublimés par des riffs plombés et toujours le clavier délicat de Kostas Panagiotou , fil conducteur  qui envoute l'ensemble. On est saisi aux tripes par le coté lancinant, répétitif, hypnotique, pesant qu'on retrouve chez Shape of despair habituellement... sans parler de la dualité des chants extremes et clairs du meilleur effet!
    Après de multiples écoutes, je n'arrive pas à m'en lasser ni à trouver l'ennui qui me saisit habituellement chez d'autres formations de ce style...
     Titre phare : "" d'une efficacité émotive redoutable et ce solo final!

    Un excellent mariage entre le coté plus atmosphérique du Pantheist actuel et la démarche "funeral" de Shape of Despair et le vocaliste de Hamferd...


    A écouter au calme en pensant à nos chers disparus hélas trop tôt...
    et je les cite "The music is dedicated to departed ones, loved ones who now, are no longer amongst us."

    Bandcamp
    Facebook page
    et en support physique, n’hésitez pas à l'acheter ICI